Convocation à l’Assemblée Générale de l’UEF-Belgique

Convocation AG_2024

 

 

Chers Amis, Chers Membres,

Nous avons le plaisir de vous inviter à l’Assemblée Générale (AG) annuelle de notre association qui se tiendra le samedi 8 juin 2024 de 10h00 à 12h30 au Press Club Brussels Europe, 95 Rue Froissart à 1040 Bruxelles et qui sera suivie du verre de l’amitié.

Au-delà des questions statutaires, nous souhaiterions que cette réunion soit aussi un moment de réflexion politique. Nous avons invité à cet effet le Ministre d’Etat Gérard Deprez pour nous parler du thème « Des pas de plus vers la fédération européenne ? » (cf. Présidence belge, défense, énergie).

En espérant vous voir participer nombreux et nombreuses, merci de confirmer votre présence par courrier électronique, téléphone, SMS ou WhatsApp (0460.76.01.84). En cas d’empêchement, merci d’avance de nous envoyer une procuration.

Avec nos meilleures salutations,

 

Domenico Rossetti di Valdalbero

Secrétaire général

Michele Ciavarini Azzi

Président

Débat de l’UEF du 25 avril 2024 avec les candidats aux élections européennes

Débat hybride organisé par l’UEF, l’UEF Belgique et l’UEF Groupe Europe avec les représentants des partis européens en Belgique, le 25 avril à 18h30, depuis le Press club à Bruxelles, sur les enjeux des élections européennes

Ilaria Caria, Secrétaire Générale de l’Union des fédéralistes européens (UEF), salue les candidats et le public, présents pour le lancement par l’UEF de sa campagne électorale. Le Parlement européen, avec sa résolution de novembre 2023, a été un protagoniste majeur pour la seconde initiative de l’UEF en vue de réformer l’UE. Fidèle à sa mission historique, l’UEF lui a donc adressé un manifeste et invité les futurs eurodéputés à s’engager à œuvrer à la réforme de l’UE et à devenir membre au Groupe Spinelli.

Catherine Vieilledent, Secrétaire Générale UEF Groupe Europe (section non nationale), souligne que le Parlement européen a du pouvoir, ce dont peu de citoyens sont conscients. Certains pays sont ainsi mal représentés au PE. Il faut donc que le passage de relais d’un mandat à l’autre se passe bien, avec le soutien des fédéralistes, et que les partis valorisent les expériences des précédents élus.

Giorgio Clarotti, UEF Groupe Europe, était le maître du temps et des questions en ligne (via Slido).

Domenico Rossetti di Valdalbero, Secrétaire Général UEF Belgique, introduit et modère le débat. Trois candidats étaient présents : Laura Hidalgo (MR), Léa Charlet (ecolo) et Arslan Jurion (Volt).  Luc Hennart (PS) et David Muongo (Les Engagés) étant excusés ou empêchés. Aux trois candidats présents, Domenico Rossetti demande de répondre à trois questions sur la nécessaire réforme des Traités Européens, la guerre en Europe et dans son voisinage ou encore la justice sociale du Green Deal.

In this photo: Ilaria Caria, Secrétaire Générale de l’Union des fédéralistes européens (UEF),Catherine Vieilledent, Secrétaire Générale UEF Groupe Europe, Giorgio Clarotti, UEF Groupe Europe, Domenico Rossetti di Valdalbero, Secrétaire Général UEF Belgique,Laura Hidalgo (MR), Arslan Jurion (Volt) et Lucian Alexandru Onisei UEF Belgique.

D. Rossetti, modérateur Question du public
Réformer l’UE : une constitution ou une convention La guerre et la politique étrangère et de sécurité commune Pacte vert : peut on être vert et compétitif à la fois ? La transition peut-elle être juste ? La charge administrative liée aux normes sociales et environnementales Un budget européen plus important, la taxe carbone, une Europe fiscale
Laura Hidalgo (MR) Convention pour réviser les traités, éducation à l’Europe L’unanimité bloque les 27 EM, il faut une coordination des forces pro européennes au PE Oui, mais l’application est difficile : problème de pouvoir d’achat, il faut de la solidarité.

Sans le nucléaire et sans les renouvelables, l’UE nulle part.

La charge administrative pèse dans tous les secteurs, et notamment en Belgique Oui à une taxe carbone au niveau européen et  si on allège l’impact social sur les populations précaires
Léa Charlet (Ecolo) Listes transnationales, CoFE, espace public européen Mutualiser la défense, équipements communs. Soutenir la transition énergétique pour l’Ukraine Investir pour éviter la délocalisation des gens et des forces économiques. Le nucléaire supplée le retard pour les renouvelables Pour des normes élevées et pour la directive « due diligence », la charge doit peser sur les grosses multinationales Il faut un budget européen plus important et plus de fonctionnaires européens
Arslan Jurion (Volt Europa) Plus que les Spitzenkandidaten, un vrai gouvernement et un sénat européens, un droit d’initiative du PE Unie, l’UE peut être crédible diplomatiquement, ce qu’elle n’est pas aujourd’hui. Soutien financier et militaire à l’Ukraine, une force d’action rapide de 60 000 hommes à titre dissuasif, cesser les ventes d’armes aux agresseurs Il faut du pragmatisme pour atteindre la neutralité carbone, investir dans le nucléaire et le renouvelable Pour l’insertion des normes sociales et environnementales dans les accords internationaux, contre la concurrence déloyale Oui au principe pollueur-payeur et un budget européen plus important

A noter que les trois candidats ont déclaré souscrire (certains l’ont déjà signé, d’autres vont le faire) à l’engagement demandé par l’UEF pour la réforme de l’UE et l’entrée au Groupe Spinelli du Parlement européen.

Conclusions de Catherine Vieilledent qui constate la réelle maturité des jeunes candidats sur les questions européennes. Elle se réjouit, sans être tout à fait surprise, que les candidats aient rappelé le besoin de budget européen et les recommandations de 800 citoyens lors de la Conférence sur l’avenir de l’Europe qui sont toujours sur la table. Les jeunes candidats sont pragmatiques et n’opposent pas simplement une source/technologie énergétique à une autre. Ils souhaitent une « sphère publique européenne » dont on parle beaucoup même si l’Europe n’est pas assez présente dans nos sociétés et dans nos écoles. L’éducation à l’Europe fait défaut. L’unanimité bloque dans plusieurs domaines, notamment sur la politique étrangère et il faut réviser les traités. La question de la fiscalité a été mise sur la table par plusieurs participants lors du débat. Non pas parce qu’il faut faire payer à titre punitif, mais parce qu’il y a de l’argent et qu’il faut le mettre à la disposition de l’intérêt commun, notamment européen.

Domenico Rossetti remercie les candidats et le public en constatant que le fédéralisme européen a beaucoup d’avenir, au vu des positions exprimées par les trois candidats présents.

 

DEBAT UEF AVEC LES CANDIDATS AUX ELECTIONS EUROPEENNES

 

DEBAT UEF AVEC LES CANDIDATS AUX ELECTIONS EUROPEENNES

25 avril 2024 à 18h00 – Press Club Brussels Europe, 95 Rue Froissart

Participants:

– Ecolo: #3 Léa Charlet

– PS: #5 Luc Hennart

– Volt Europa: #2 Arslan Jurion

– Les Engagés: #4 David Muongo

– MR : #4 Laura Hidalgo

Le débat sera modéré par Domenico Rossetti (UEF.be). Deux introductions sont prévues par Ilaria Caria (UEF) et Catherine Vieilledent (UEF Europe). Giorgio Clarotti (UEF) gèrera les questions Internet (Slido) et sera le time keeper.

Apprès une brève introduction de chaque candidat (Pourquoi voter pour leur liste?), les questions toucheront aux points suivants :

  1. Thème fédéraliste: « La #CoFoE, conférence sur l’avenir de l’Europe, et le Parlement Européen ont demandé que l’UE révise ses traités, vieux de 15 ans, adopte une loi électorale avec des listes transnationales et ouvre la Convention prévue à ce propos par les traités ».

->  Quelle est votre position à ce sujet ? Soutenez-vous le pledge de l’UEF ? Si vous étiez élu(e), rejoindriez-vous le groupe Spinelli de députés fédéralistes ? Quid du Spizenkandidat ?

  1. Thème existentialiste: La guerre d’agression et ses multiples horreurs sont de retour en Ukraine qui a maintenant vocation à rentrer dans l’Union. La situation au Moyen-Orient est explosive.

->  Que pensez-vous que l’UE et le PE plus spécifiquement devraient faire pour réagir à l’invasion Russe en Ukraine ? Et au Moyen-Orient ? Que peut faire un parlementaire européen et comment ?

  1. Economie et société: La transition juste et verte et la compétitivité européenne. Le European Green Deal et les initiatives industrielles récentes (Net Zero Industry Act).

-> Là où le PE a des compétences clés, comment ne pas opposer, sur le Green Deal, les agriculteurs aux politiciens, les citadins et les ruraux, ceux qui peuvent isoler leurs maisons et ceux qui vivent en appartements à bas loyer? Faut-il, par exemple, lancer un nouvel emprunt Européen?

 

Ensuite viendront les questions du public en présentiel et en ligne.

AVENIR DE L’EUROPE

Cérémonie d’hommage à Jean Monnet, à Robert Schuman et aux autres Pères fondateurs de l’Europe Unie | Facebook

AVENIR DE L’EUROPE
Bruxelles, jeudi 9 mai 2024
74ème anniversaire de la “Déclaration Schuman”
Cérémonie d’hommage à Jean Monnet, à Robert Schuman et aux autres Pères fondateurs de l’Europe Unie

*****
Jeudi 9 mai 2024 nous célébrerons le 74ème anniversaire de la déclaration Schuman.

La cérémonie se déroulera à Bruxelles, jeudi 9 mai 2024 à 10h00, auprès du buste dédié à Robert Schuman situé à l’entrée du parc du Cinquantenaire, face à la rue de la Loi, côté Rond-Point Schuman.

Dépôt de fleurs par « Avenir de l’Europe » en présence du public et des autorités belges et européennes suivi par allocutions et hymne européen.

*****

La Journée de l’Europe marque l’anniversaire de la Déclaration de Robert Schuman, ministre des affaires étrangères français, le 9 mai 1950. Il y propose la création d’une Communauté européenne du charbon et de l’acier, dont les pays membres mettraient en commun leur production de charbon et d’acier. La CECA (membres fondateurs: France, Allemagne de l’Ouest, Italie, Pays-Bas, Belgique et Luxembourg) est la première des institutions supranationales européennes qui donneront naissance à ce qu’on appelle aujourd’hui «l’Union européenne».

Infatigable défenseur de l’unité européenne, Robert Schuman fut celui qui posa le premier jalon de l’UE telle que nous la connaissons aujourd’hui, une organisation unique au monde réunissant 27 États membres.

Chaque année, la fête de l’Europe est également l’opportunité de se rassembler afin de rendre hommage aux fondateurs de l’Union européenne autour d’une cérémonie organisée par l’association « Avenir de l’Europe » en collaboration avec la Représentation de la Commission européenne en Belgique, la Ville de Bruxelles, la Commune d’Etterbeek et de nombreuses associations européistes. Cette cérémonie sera rythmée par des discours et l’hymne européen. Nous vous donnons rendez-vous le 9 mai de 10h à 10h30 près du Buste de Robert Schuman situé à l’entrée du Parc du Cinquantenaire.

Libre accès, gratuit.

europe-day-2024 – Commission européenne (europa.eu)

Hommage annuel à Robert Schuman (europa.eu)

*****

La “Déclaration Schuman” du 9 mai 1950 est l’acte fondateur et révolutionnaire d’un nouveau projet de collaboration entre les peuples et les États européens, qui ne repose plus sur l’hégémonie de l’un sur les autres, mais sur la compréhension, la collaboration pacifique et l’égalité entre eux.

C’est le début d’une nouvelle étape de l’histoire européenne qui a permis la plus longue période de paix de l’histoire européenne.

************ EN translation ************

AVENIR DE L’EUROPE
Brussels, Thursday 9 May 2024
74th anniversary of the “Schuman Declaration”
Ceremony to pay tribute to Jean Monnet, Robert Schuman, and the other founding fathers of a united Europe

*****

On Thursday 9 May 2024 we will celebrate the 74th anniversary of the Schuman Declaration.

The ceremony will take place in Brussels, on Thursday 9 May 2024 at 10.00am, next to the bust dedicated to Robert Schuman located at the entrance to the Cinquantenaire Park, opposite the Rue de la Loi, on the Rond-Point Schuman side.

Laying of flowers by “Avenir de l’Europe” in the presence of the public and Belgian and European authorities followed by speeches and European anthem.

*****

Europe Day marks the anniversary of the Declaration made by French Foreign Minister Robert Schuman on 9 May 1950. In it, he proposed the creation of a European Coal and Steel Community, whose member countries would pool their coal and steel production. The ECSC (founding members: France, West Germany, Italy, the Netherlands, Belgium and Luxembourg) was the first of the supranational European institutions that would give rise to what is now known as the European Union.

A tireless advocate of European unity, Robert Schuman was the man who laid the foundations of the EU as we know it today, an organisation unique in the world, bringing together 27 Member States.

Each year, Europe Day is also an opportunity to come together to pay tribute to the founders of the European Union at a ceremony organised by the ‘Avenir de l’Europe’ association in collaboration with the European Commission Representation in Belgium, the City of Brussels, the Commune of Etterbeek and numerous Europeanist associations. The ceremony will feature speeches and the European anthem. We look forward to seeing you on 9 May from 10am to 10.30am near the Robert Schuman bust at the entrance to the Parc du Cinquantenaire.

Free admission.

europe-day-2024 – Commission européenne (europa.eu)

Hommage annuel à Robert Schuman (europa.eu)

*****

The “Schuman Declaration” of 9 May 1950 is the founding and revolutionary act of a new project of collaboration between the peoples and states of Europe, no longer based on the hegemony of one over the others, but on understanding, peaceful collaboration, and equality between them.

It was the beginning of a new stage in European history that allowed the longest period of peace in European history.

 

AVENIR DE L’EUROPE,

association indépendante et sans but lucratif, a pour objet:

  1. De contribuer à affirmer une identité commune européenne afin de réaliser le

projet d’intégration européenne

  1. D’approfondir les aspects de l’identité spirituelle et culturelle de l’Europe basés

sur la relance des valeurs et des principes fondant l’Union européenne,

notamment: la liberté, le respect de la dignité humaine, des droits de l’homme et des

peuples, la démocratie, la subsidiarité, la paix et la solidarité.

 

AVENIR DE L’EUROPE sur Facebook

L’Europe à l’heure du choix constitutionnel

Au cours des trois premiers mois de la Présidence belge du Conseil de l’Union européenne, une soixantaine de dossiers ont été finalisés. Et il y en aura d’autres d’ici la fin juin. Mais l’aspect le plus important de la présidence belge sera la formulation d’un agenda stratégique pour la période 2025-2029, soit la durée de la prochaine législature européenne issue des élections du Parlement européen du 9 juin.

En théorie, la formulation de cet agenda relève de la responsabilité du Premier ministre belge Alexander De Croo. La France et l’Allemagne voudront évidemment influencer cet agenda mais elles n’ont pas encore donné l’impulsion nécessaire sur la manière de rendre l’Union européenne efficace, décisive et plus légitime.

Deux scénarios sont possibles : l’intergouvernemental et le fédéral. Le premier est privilégié par la majorité des États membres de l’UE car ceux-ci gardent le contrôle au sein du Conseil européen. Mais l’unanimité prime et il est très peu probable d’envisager une réforme institutionnelle de l’UE.

L’avenir de l’Union européenne est soumis à de fortes pressions notamment en matière industrielle, de souveraineté et de défense. La Russie, via la guerre en Ukraine, et la Chine, à travers les Brics, multiplient les tentatives pour modifier à leur avantage les relations géopolitiques établies après la Seconde Guerre mondiale.

L’Union européenne n’a pas d’autre choix que de renforcer son fonctionnement à l’intérieur et à l’extérieur. Cela ne peut se faire que par la création d’un État européen. Le contexte international actuel exige un pouvoir exécutif fort, des prises de décision à l’échelle des enjeux et une préparation militaire considérablement accrue. L’apparence d’une bonne gouvernance européenne est maintenue par les chefs d’Etat et de gouvernement. Pendant ce temps, l’UE est au pied du mur. Elle risque sinon un assujettissement, en tout cas un risque de marginalisation sur la scène mondiale où elle ne deviendrait plus que l’appendice de l’Asie.

Les Fédéralistes européens proposent un scénario d’avenir. Il s’agirait de transformer l’UE en un État européen légitimé et démocratique, capable de décider en toute indépendance. Cela permettrait d’atteindre deux objectifs : capacité de décision et efficacité des mesures.

Dans cette formule politique, l’intérêt général européen est doté d’un contenu adapté qui lui permet d’agir et de se faire entendre sur le plan géopolitique. Cette nouvelle entité étatique renforcerait la conscience collective d’un destin commun et d’une identité européenne partagée. Cette Europe fédérale maintiendrait cependant le caractère spécifique de chaque Etat membre, ses histoires glorieuses et ses langues.

La formulation d’une constitution fédérale pour l’UE devrait être entamée aussitôt que possible. Nous souhaitons à cet égard que le Parlement européen actuel s’auto-proclame constituant pour la prochaine législature. Élu au suffrage universel, le Parlement est l’organe démocratique par excellence.

La transition vers un État fédéral européen n’est pas un processus automatique, bien au contraire. Il s’agit d’une démarche délibérée dont la légitimité ne peut être contestée ultérieurement.

Cette alternative fédéraliste fait preuve de réalisme à la lueur de l’histoire des grandes constitutions.

Que peut faire un État fédéral européen que le système intergouvernemental actuel ne permet pas ? Tout simplement créer un ordre juridique démocratique dans lequel les relations entre les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire s’alignent harmonieusement de sorte que les forces centrifuges et centripètes s’équilibrent mutuellement.

Le système intergouvernemental attribue la capacité de changer les relations institutionnelles européennes exclusivement au Conseil européen. Alors que seul le système fédéral est capable de relever avec vigueur les défis actuels et ne repousse pas les problèmes urgents.

Les hommes politiques de premier plan exhortent les citoyens à participer aux élections européennes de juin 2024. La démocratie en a besoin. Bel et bien, mais les partis politiques ne présentent pas de vrais programmes européens. Comment maintenir cette contradiction ? Pourquoi donner un mandat pour une législature entière et ne pas savoir sur base de quel programme ?

Pourquoi les gens ne choisiraient-ils pas lors des élections européennes les candidats mandataires politiques qui défendent la formulation d’une constitution européenne et soutiennent la création d’un État européen ? Ce serait, sans aucun doute, un acte visionnaire pour l’avenir de l’Europe.

Robert Verschooten et Domenico Rossetti di Valdalbero, respectivement Conseiller politique et Secrétaire général de l’Union des Fédéralistes Européens (https://uef-belgium.be/)

Photo credits: https://unsplash.com/

Newsletter Feb 2024

The first edition of the UEF Insider newsletter for 2024 has been launched. In this edition, there is a closer look at the Treaty Reform Now campaign, the work towards the European Elections 2024, upcoming and past events and activities, and all the ways in which one can contribute.

 

Foreword by the President of the UEF, Domènec Ruiz Devesa

Dear Federalist friends,
Dear Federalist comrades,

We are living through a difficult time in European history, in which the European Union must readjust its institutional framework and its decision-making process to face the dramatic challenges that threaten its resilience. We have commemorated in many cities the second anniversary of the invasion of Ukraine (here our Press Release), which strenuously defends its freedom and with it that of Europeans, and the Middle East with each passing week an increasingly violent and unstable area. Finally, we watch with apprehension what happens in the USA with the risk of Trump’s return to the presidency and the potential consequences for the future of European defence. And looking at Europe, we continue to see the damaging consequences of climate change and thus the need for a serious change of course in European industrial and infrastructure policy.
This scenario makes an institutional reform of Europe even more necessary to tackle the many problems we face. In the past year, some fundamental steps have been taken.
In November 2023, the European Parliament successfully approved the resolution calling for a Convention to reform the Treaties and activate Article 48 of the Treaty on European Union (TEU). Then, under the Spanish Presidency, the Council of the EU transmitted the European European Parliament’s request for activation of Article 48 TEU to the European Council. Europe now turns to Charles Michel and EU national leaders to immediately include the EP‘s request on the agenda of the March 2024 EUCO meeting. The EUCO Summit is the last one when there would be a possibility to do so before the European Elections.

Since December 2023, we’ve been calling for the inclusion of Treaty reform on the EUCO Agenda. Our quest for institutional reform continues. We had prepared a Memorandum, explaining why a Convention is the only feasible way forward, while simple procedures and accession adjustments to the Treatyare not up to the task . Many events in the past few years have shown that Europe is not ready to tackle the challengeswe face. With the second anniversary of the Invasion of Ukraine, we can just see this more clearly.
Together with the Spinelli Group, European Movement International and Young European Federalists, we’ve been writing letters to the Presidents of the Commission and the Council. We will also be sending letters to the heads of state and governments. We will use all avenues to put pressure on policy makers to take this significant step and we will demostrate in the streets to show its importance.
In this newsletter, you will find many useful tools to take political action at all levels – from the ordinary citizen to the government of a member country – and explain why it is necessary to open a Convention to reform the Treaties.
I strongly encourage all of you to join us in our activities and actions and fight for the next step towards a Federal Europe.
Yes to a more democratic Europe fully capable to act, Yes to a federal Europe.

Federalist regards
Domènec Ruiz Devesa

Here is the newsletter in full: UEF Insider Newsletter 1:2024 | A New Phase of the Federalist Campaign

If you cannot read it, follow this link: Newsletter Feb 2024

Superpower Europe, the revolution of the EU

by prof.  Marc De Vos (UGhent) – Publisher: Ertsberg, 2023.

A short summary made by Robert Verschooten, political advisor to the Union of European Federalists (UEF-Belgium) – 12/2/2024.

 

Book’s resumé and convergence with UEF views

I read this book with great interest and have summarized it below. The book is richly illustrated with examples that support the reasoning, but did not get a place in this resumé. The author follows a consistent federal reasoning. Three relevant lines of tension are clearly and comprehensively explained. The logic of that reasoning is complementary to UEF.be’s reasoning. Points of difference and similarity are indicated below.

The author is an example of an elite that is able to spread this logic widely and convincingly. That elite of editorialists should be actively sought out and preferably involved in UEF action (Belgium and fellow travellers). To my knowledge, this book is only available in Dutch. This book, because of its three original and innovative theses, would best also be available in English in order to give it international recognition.  I will enquire and I would personally label this book as a ‘must read’.

Points of difference and convergence between prof. De Vos’ reasoning and UEF.be’ reasoning:

De Vos reasoning and main themes:

  • Three lines in the European Union can be acknowledged. The EU is becoming a closed geostrategical project instead of an open country; a superpower project instead of a post-modern peace project; a State project instead of a free-market one.
  • End goal: a (renewed) democratic, legitimized and federal state with a superpower strategy

with institutionalized rules of functioning.

  • For enlargement with very diverse candidates, he promotes gradual integration. UEF.be

reverts to concentric circles.

UEF.be reasoning and main themes:

  • EU legitimized by a federal constitution (European Parliament mandated to formulate it).
  • Goal: renewed democracy and legitimacy with citizen participation.
  • Means: federalism as a governance system.
  • UEF.be promotes a two-speed integration with different political ambitions.
  • A system to formulate the objectives of a renewed federal union.

Extracts (translated in English from the Dutch version of the book by Robert Verschooten)

The world order has tilted, so has the mission and position of the European Union. (…) In this book I document a real revolution of the European Union. We witness, in real time, but largely unnoticed in public opinion, the European Union is undergoing a historic transformation. (p.14)

Read more on this page: Extracts from the book

Manifeste pour des élections européennes plus démocratiques et plus européennes

Attribué à Jacques Louis David (1748-1825). “Le Serment du Jeu de Paume, le 20 juin 1789”. Huile sur toile. Paris, musée Carnavalet.

Pour des élections européennes de 2024 plus démocratiques

Une action commune en vue des élections au Parlement européen de 2024 s’impose pour rendre l’Europe plus forte, plus unie et plus démocratique, car en 73 ans, ni les Communautés, ni l’Union européenne (UE) n’ont donné le jour à la Fédération européenne annoncée le 9 mai 1950 par Robert Schuman. Les Européens pâtissent de l’absence de cette Fédération. Les États-nations et l’UE n’ont pu, depuis 2008, faire face aux crises financière, monétaire, migratoire, sanitaire et sécuritaire. Notre écosystème est en péril. La guerre fait rage en Ukraine, parce que l’Europe n’est pas une puissance dissuasive mais pacifique. Nous le payons économiquement et politiquement. Nous devons agir, d’urgence, pour rétablir la paix en Europe, pour redevenir souverains, autonomes, indépendants et respectés.

Un État européen démocratique, fédéral, requiert une constitution et non un traité. C’est évident depuis 1787 et la Convention de Philadelphie, car un traité est d’ordre externe à l’État et multilatéral, tandis qu’une constitution est un acte de droit public interne, unilatéral, qui vise à établir les droits fondamentaux des citoyens, les principes sur lesquels repose la légitimité du pouvoir politique et l’architecture générale des institutions. Une constitution est au sommet de la hiérarchie des normes étatiques.

C’est pourquoi Avenir de l’Europe, Associazione Mazziniana Italiana, Citoyen d’Europe M3E (Europe, éthique, équité), Europe Unie dans sa Diversité, Europa-Union – Kreis Heilbronn, l’Union des Européens fédéralistes (UEF) – Groupe Europe, UEF-Belgium, UEF in the Czech Republic, UEF-Luxembourg, la Société européenne de défense en Europe centrale et orientale (S€DCEE) et la Société européenne de défense AISBL (S€D), vous proposent de joindre vos forces aux nôtres pour concrétiser le présent manifeste. Celui-ci propose ce que devrait faire l’Europe fédérale pour les citoyens européens, le financement de ses politiques, la gouvernance fédérale et la méthode pour rendre le Parlement européen constituant et légitime.

Que ferait l’Europe fédérale pour les citoyens européens ?

Seule une Fédération européenne peut être efficace et efficiente en matière de sécurité extérieure, y compris la défense, de sécurité intérieure, face au terrorisme, de santé publique, face aux pandémies, de sécurité d’approvisionnement en énergie, de protection de l’environnement, de gestion des mouvements migratoires. Elle seule peut développer la culture européenne et garantir le maintien d’une économie sociale de marché. Elle seule peut veiller à l’avenir des nouvelles générations, par la promotion de l’innovation, le soutien à la recherche scientifique et technologique, la réindustrialisation et la maîtrise des technologies émergentes, dont l’intelligence artificielle, l’informatique quantique, les nouvelles solutions énergétiques, les technologies vertes.

Comment ces politiques seraient-elles financées ?

La Fédération européenne devra disposer de ressources propres, fondées sur une fiscalité innovante, égalitaire. Les multinationales, notamment celles du secteur numérique, ne doivent plus échapper à l’impôt. Cela permettrait de financer les politiques précitées et en outre de mener une politique budgétaire qui puisse conforter la politique monétaire menée avec succès par la Banque centrale européenne.

Comment la gouvernance fédérale se définirait-elle ?

Nous voulons un État européen démocratique, transparent, souverain, autonome, indépendant, respecté par ses alliés et par les autres puissances. Ni l’intégration au sein de l’UE, ni la coopération dans le cadre de l’OTAN n’ont pu établir un État européen capable de nous garantir la paix et la sécurité. L’histoire montre que les confédérations soit se transforment en fédérations, soit se dissolvent. Pour peser dans le monde, pour faire face aux menaces et aux défis actuels, il reste à l’Europe la voie de la fédération. L’Assemblée constituante choisira la dénomination de la fédération et définira les domaines de compétences, dans le respect du principe de subsidiarité, pour maintenir la souveraineté du peuple et l’équilibre entre la fédération et les pouvoirs nationaux et régionaux.

Comment le Parlement européen se déclarerait-il constituant ?

Pour fonder un État européen souverain et démocratique, uni dans sa diversité, donc fédéral, la méthode est connue depuis le 7 septembre 1787, à Philadelphie. Les délégués des États américains ont alors adopté la toute première constitution fédérale. Elle commence par les mots « We, the people » (Nous, le Peuple). Elle sépare les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Le pouvoir législatif est bicaméral. La chambre basse est élue au suffrage direct, les citoyens de chaque État étant représentés proportionnellement à leur nombre. Au Sénat les États sont à égalité. De ces principes, l’Europe peut s’inspirer, pour nous maintenir en paix et en sécurité, pour garantir nos libertés et nos droits fondamentaux, pour retrouver la place qui lui revient sur la scène internationale eu égard à sa puissance économique et à la civilisation européenne !

Comment le Parlement européen pourrait-il améliorer sa légitimité ?

De préférence avant les élections de 2024, le Parlement européen devrait adopter une loi électorale fixant notamment l’âge auquel tout citoyen européen acquiert le droit de vote, ainsi que le seuil électoral, la manière de voter et un critère assurant une représentation suffisamment égalitaire, démocratique, des citoyens.

Manifesto in other languages:

BG EE FR HU NO MD
CZ EN GE IT PL RU
DE ES GR LV PT SE
DK FI HR NL RO

 

Image: Serment du Jeu de paume, le 20 juin 1789

Artist: Jacques-Louis David

Source:Wikipedia

UEF Congress Brussels, November 2023 - Group Photo. In this picture: UEF President - MEP Domènec Ruiz Devesa, Lucian Alexandru Onisei - UEF Belgium

REPORT OF THE XXVIII UEF EUROPEAN CONGRESS, BRUSSELS, 25-26 NOVEMBER 2023

The UEF would like to thank the distinguished guests who took the time to participate in the Congress.
For the greetings: Hans-Gert Pöttering (LINK VIDEO) Former President of the European Parliament (2007-2009), President of the House of European History, Petros Fassoulas Secretary General of the European Movement International, Christelle Savall, President of Young European Federalists and Fernando Iglesias President of the World of Federalist Movement. In particular, we thank  Josep Borrell High Representative of the European Union for Foreign Affairs and Security Policy, that have taken a time to follow the works of the first session of the Congress.

EUROPEAN CONGRESS, BRUSSELS, 25-26 NOVEMBER 2023

Then during the political debate the interventions of Raúl Santiago Fuentes (Representative of the Spanish Presidency of the Council of the EU), and the MEPs Brando Benifei, Rainer WielandAlin MitutaCyrus EngererMercedes BressoPietro Bartolo, and Thijs Reuten and the former European Parliament President Enrique Barón Crespo.

Towards the European elections - 25 November 2023, Brussels

The five co-rapporteurs of the Report for the amendment of the treaties sent a pre-recorded video:

  • Guy Verhofstadt LINK
  • Sven Simon LINK
  • Gabriele Bischoff LINK
  • Daniel Freund LINK
  • Helmut Scholz LINK

The delegates debated the challenges for the future of the European Union and exchanged opinions and ideas on the way forward for the Federalist movement and the European project.

The UEF Secretariat presented its activities for the 2021-2023 period (LINK HERE for report political activities), and Roland Hühn, Treasurer ad interimpresented the financial situation of the association LINK HEREGiulia Rossolillo introduced the statutory changes required to transform the UEF from a Netherlands-based NGO to a Belgian-based Association Internationale Sans But Lucratif (AISBL). These changes were approved by the Congress. You can find the new statutes here (in English and French).
For more information on the change of seat of the UEF, please refer to the web page of the Congress.

The Secretariat hosted a workshop on the UEF strategy for the 2024 European elections. Here the presentation of the workshop (LINK). Due to time constraints, it was decided to postpone the discussions at a later meeting.
Therefore, the UEF invites all the delegates and the representatives of its sections to a meeting on 14 December (link to participate here).

Meena Fernandes, Policy analyst at the European Parliament Research Service, presented the results of the study on the costs of non-Europe. You can find the research paper here and the slide deck here.
Finally, it was announced that an extraordinary Federal Committee meeting (20 January, online) would call for an extraordinary Congress meeting for the Spring 2024 to revise the statutes of the association to draw new rules for the Secretary-General and make it a full-time professional. More information will follow.

Political message by the UEF President, Domènec Ruiz Devesa

UEF President, Domènec Ruiz DevesaDear Federalist friends,

Just a few words from me before I leave you with this communication on the Congress that has just taken place.
First of all, let me thank you for the trust you have shown me by electing me as UEF President. It is an honour for me, as well as a great responsibility, because I am and feel first and foremost a federalist activist, who is currently in the institutions, but who lives the federalist commitment as his own priority, and in this sense also feels the relationship with the UEF.

These two years ahead of us will be important years to consolidate our organisation and find the right financial and administrative balance. They will be even more important politically, because they can be decisive for our Europe in taking the crucial steps towards a federal Union.

Our congress took place just three days after the approval by the European Parliament of the proposal to reform the treaties, the first one since the adoption of the Treaty of Lisbon in 2007, the first attempt at reforming the treaty in more than 15 years. We know the process that made it possible to arrive at this vote, through the Conference on the Future of Europe in which we participated directly; and we also know that it is a great opportunity, the only one today, and the first after 40 years since Altiero Spinelli’s Draft Treaty, to realise the federal Europe.

Today, therefore, while we are committed to building a broad and widespread campaign in view of the European elections, we urgently need to mobilise ourselves for the success of the next step, i.e. the decision of the European Council in favour of launching a Convention to elaborate the reform of the Treaties. We have urged the Spanish Presidency to immediately transmit the European Parliament resolution to the European Council and asked to President Charles Michel to put it in the agenda of the European Council of the 15th of December, although resistance from national governments will probably force a postponement. Here it is very important the role of the national sections to involve their national parliaments and urge the governments to be in favour of the opening of the Convention. The letter signed by me as UEF President and Sandro Gozi as Chair of the Spinelli Group has just been sent (LINK), together with the Manifesto we approved in our Congress; and here (LINK) you can find a draft resolution to propose to your national parliaments, to launch the mobilization.

We have a very important job to do. I thank you once more very much for all your work, commitment and dedication in federalism. I am convinced that we will work together with confidence and commitment over the next two years, and that together we can make a positive difference in order to meet the challenge of federal Europe. And since it’s a long process, by definition the best has always yet to come.


Result of the Elections

All bodies of the UEF found their members, all elected unanimously in an open ballot. Congratulations to newly elected and returning members of the following bodies:

  • Executive Bureau
    • President: Domènec Ruiz Devesa
    • Vice-Presidents: Markus Ferber, Alin Mituta, Giulia Rossilollo
    • Treasurer ad interim: Roland Hûhn
    • Secretary-General ad interim: Luisa Trumellini
    • Other EB members: Antonio Argenziano, Rafael Bez, François Leray, Daphne Gogou, François Mennerat, Eszter Nagy, Alejandro Peinado Garcia, and Wolfgang Wettach.
    • ex-officio member of the EB: Christelle Savall, President of the Young European Federalists
  • For the Arbitration Board:  Ugo Ferruta, Daniel Frey, Marianne Huhn, Andreu Iranzo Navarro, Peter Osten, Stefano Spoltore, Daniela White.
  • For the Federal Committee:
    • Directly-elected Federal Committee members: Matilde Ceron, Aldecoa Francisco, Nikos Giannis, Angel Landabaso, Eva Lichtenberger, Jean Marsia, Hervè Moritz, Olalla Pastor del Valle, Luis Miguel Periza, Kati Sista, Flavia Gabriela Sandu
    • Nominated members, the list is in the process of being completed LINK

Source: https://federalists.eu/report-of-the-xxviii-uef-european-congress-brussels-25-26-november-2023/ 

1st Saturday for Europe

First ‘Saturday for Europe’

First ‘Saturday for Europe’ organized by the Belgian section of the Union of European Federalists (UEF.be) on 18 November 2023 in front of the House of European History.

Beautiful to see the youth campaigning for a European Federation!
We also strongly recommend to visit the House of European History in Parc Léopold in Brussels.