Superpower Europe, the revolution of the EU

by prof.  Marc De Vos (UGhent) – Publisher: Ertsberg, 2023.

A short summary made by Robert Verschooten, political advisor to the Union of European Federalists (UEF-Belgium) – 12/2/2024.

 

Book’s resumé and convergence with UEF views

I read this book with great interest and have summarized it below. The book is richly illustrated with examples that support the reasoning, but did not get a place in this resumé. The author follows a consistent federal reasoning. Three relevant lines of tension are clearly and comprehensively explained. The logic of that reasoning is complementary to UEF.be’s reasoning. Points of difference and similarity are indicated below.

The author is an example of an elite that is able to spread this logic widely and convincingly. That elite of editorialists should be actively sought out and preferably involved in UEF action (Belgium and fellow travellers). To my knowledge, this book is only available in Dutch. This book, because of its three original and innovative theses, would best also be available in English in order to give it international recognition.  I will enquire and I would personally label this book as a ‘must read’.

Points of difference and convergence between prof. De Vos’ reasoning and UEF.be’ reasoning:

De Vos reasoning and main themes:

  • Three lines in the European Union can be acknowledged. The EU is becoming a closed geostrategical project instead of an open country; a superpower project instead of a post-modern peace project; a State project instead of a free-market one.
  • End goal: a (renewed) democratic, legitimized and federal state with a superpower strategy

with institutionalized rules of functioning.

  • For enlargement with very diverse candidates, he promotes gradual integration. UEF.be

reverts to concentric circles.

UEF.be reasoning and main themes:

  • EU legitimized by a federal constitution (European Parliament mandated to formulate it).
  • Goal: renewed democracy and legitimacy with citizen participation.
  • Means: federalism as a governance system.
  • UEF.be promotes a two-speed integration with different political ambitions.
  • A system to formulate the objectives of a renewed federal union.

Extracts (translated in English from the Dutch version of the book by Robert Verschooten)

The world order has tilted, so has the mission and position of the European Union. (…) In this book I document a real revolution of the European Union. We witness, in real time, but largely unnoticed in public opinion, the European Union is undergoing a historic transformation. (p.14)

Read more on this page: Extracts from the book

Manifeste pour des élections européennes plus démocratiques et plus européennes

Attribué à Jacques Louis David (1748-1825). “Le Serment du Jeu de Paume, le 20 juin 1789”. Huile sur toile. Paris, musée Carnavalet.

Pour des élections européennes de 2024 plus démocratiques

Une action commune en vue des élections au Parlement européen de 2024 s’impose pour rendre l’Europe plus forte, plus unie et plus démocratique, car en 73 ans, ni les Communautés, ni l’Union européenne (UE) n’ont donné le jour à la Fédération européenne annoncée le 9 mai 1950 par Robert Schuman. Les Européens pâtissent de l’absence de cette Fédération. Les États-nations et l’UE n’ont pu, depuis 2008, faire face aux crises financière, monétaire, migratoire, sanitaire et sécuritaire. Notre écosystème est en péril. La guerre fait rage en Ukraine, parce que l’Europe n’est pas une puissance dissuasive mais pacifique. Nous le payons économiquement et politiquement. Nous devons agir, d’urgence, pour rétablir la paix en Europe, pour redevenir souverains, autonomes, indépendants et respectés.

Un État européen démocratique, fédéral, requiert une constitution et non un traité. C’est évident depuis 1787 et la Convention de Philadelphie, car un traité est d’ordre externe à l’État et multilatéral, tandis qu’une constitution est un acte de droit public interne, unilatéral, qui vise à établir les droits fondamentaux des citoyens, les principes sur lesquels repose la légitimité du pouvoir politique et l’architecture générale des institutions. Une constitution est au sommet de la hiérarchie des normes étatiques.

C’est pourquoi Avenir de l’Europe, Associazione Mazziniana Italiana, Citoyen d’Europe M3E (Europe, éthique, équité), Europe Unie dans sa Diversité, Europa-Union – Kreis Heilbronn, l’Union des Européens fédéralistes (UEF) – Groupe Europe, UEF-Belgium, UEF in the Czech Republic, UEF-Luxembourg, la Société européenne de défense en Europe centrale et orientale (S€DCEE) et la Société européenne de défense AISBL (S€D), vous proposent de joindre vos forces aux nôtres pour concrétiser le présent manifeste. Celui-ci propose ce que devrait faire l’Europe fédérale pour les citoyens européens, le financement de ses politiques, la gouvernance fédérale et la méthode pour rendre le Parlement européen constituant et légitime.

Que ferait l’Europe fédérale pour les citoyens européens ?

Seule une Fédération européenne peut être efficace et efficiente en matière de sécurité extérieure, y compris la défense, de sécurité intérieure, face au terrorisme, de santé publique, face aux pandémies, de sécurité d’approvisionnement en énergie, de protection de l’environnement, de gestion des mouvements migratoires. Elle seule peut développer la culture européenne et garantir le maintien d’une économie sociale de marché. Elle seule peut veiller à l’avenir des nouvelles générations, par la promotion de l’innovation, le soutien à la recherche scientifique et technologique, la réindustrialisation et la maîtrise des technologies émergentes, dont l’intelligence artificielle, l’informatique quantique, les nouvelles solutions énergétiques, les technologies vertes.

Comment ces politiques seraient-elles financées ?

La Fédération européenne devra disposer de ressources propres, fondées sur une fiscalité innovante, égalitaire. Les multinationales, notamment celles du secteur numérique, ne doivent plus échapper à l’impôt. Cela permettrait de financer les politiques précitées et en outre de mener une politique budgétaire qui puisse conforter la politique monétaire menée avec succès par la Banque centrale européenne.

Comment la gouvernance fédérale se définirait-elle ?

Nous voulons un État européen démocratique, transparent, souverain, autonome, indépendant, respecté par ses alliés et par les autres puissances. Ni l’intégration au sein de l’UE, ni la coopération dans le cadre de l’OTAN n’ont pu établir un État européen capable de nous garantir la paix et la sécurité. L’histoire montre que les confédérations soit se transforment en fédérations, soit se dissolvent. Pour peser dans le monde, pour faire face aux menaces et aux défis actuels, il reste à l’Europe la voie de la fédération. L’Assemblée constituante choisira la dénomination de la fédération et définira les domaines de compétences, dans le respect du principe de subsidiarité, pour maintenir la souveraineté du peuple et l’équilibre entre la fédération et les pouvoirs nationaux et régionaux.

Comment le Parlement européen se déclarerait-il constituant ?

Pour fonder un État européen souverain et démocratique, uni dans sa diversité, donc fédéral, la méthode est connue depuis le 7 septembre 1787, à Philadelphie. Les délégués des États américains ont alors adopté la toute première constitution fédérale. Elle commence par les mots « We, the people » (Nous, le Peuple). Elle sépare les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Le pouvoir législatif est bicaméral. La chambre basse est élue au suffrage direct, les citoyens de chaque État étant représentés proportionnellement à leur nombre. Au Sénat les États sont à égalité. De ces principes, l’Europe peut s’inspirer, pour nous maintenir en paix et en sécurité, pour garantir nos libertés et nos droits fondamentaux, pour retrouver la place qui lui revient sur la scène internationale eu égard à sa puissance économique et à la civilisation européenne !

Comment le Parlement européen pourrait-il améliorer sa légitimité ?

De préférence avant les élections de 2024, le Parlement européen devrait adopter une loi électorale fixant notamment l’âge auquel tout citoyen européen acquiert le droit de vote, ainsi que le seuil électoral, la manière de voter et un critère assurant une représentation suffisamment égalitaire, démocratique, des citoyens.

Manifesto in other languages:

BG EE FR HU NO MD
CZ EN GE IT PL RU
DE ES GR LV PT SE
DK FI HR NL RO

 

Image: Serment du Jeu de paume, le 20 juin 1789

Artist: Jacques-Louis David

Source:Wikipedia

Comment sera l’année 2022 pour l’Europe ?

Parmi les articles intéressants sur l’Union européenne, deux méritent notre attention parce qu’ils apportent des lueurs d’espoir. Le premier vient de Luuk van Middelaar, appelé ‘No more Mr. No’, qui signale comment le nouveau gouvernement néerlandais compte bouleverser sa politique européenne. L’autre, de Karel Lannoo, CEO du CEPS, fait écho d’une coopération interne améliorée au sein des institutions européennes. 

Le contexte politique en Europe reste incertain pour plusieurs raisons : le départ d’Angela Merkel et la venue de Olaf Scholz, les élections présidentielles en France, la présidence française pendant le premier semestre 2022, Mario Draghi président ou premier ministre? le gouvernement néerlandais et sa nouvelle orientation européenne, l’attitude des pays membres du groupe de Visegrad, les menaces à la frontière de l’Ukraine, les élections en Hongrie, le chantage sur les livraisons de gaz de Putin, les visées dominatrices de la Chine et l’attitude des Américains vis-à-vis de l’Europe.

La question qui vient à l’esprit est celle de savoir si ce remue-ménage aboutira à la reprise d’un échange d’idées entre les responsables politiques sur les besoins à court et à plus long terme de l’Europe ?  Y aura-t-il un concours de circonstances favorable en 2022 ?  Qui prendra l’initiative ? Qui maintiendra avec autorité le focus, sachant qu’un remaniement institutionnel de l’Europe nécessiterait une négociation de plusieurs années au sein d’une Convention constitutionnelle européenne.

Peu s’aventurent à formuler une vision ambitieuse sur l’avenir de l’Europe. C’est dommage.  Toutefois, sans vision, même la plus brillante analyse de la situation en Europe ne résoudra rien. Vu l’ampleur des défis qui guettent l’Europe il n’y a qu’une réponse : appeler les défis par leur nom et formuler les objectifs et les remèdes nécessaires.

L’Union des Fédéralistes Européens (UEF-Belgique) présente le fédéralisme européen comme un outil de gestion publique efficace qui peut répondre aux exigences de l’aspect institutionnel de l’Europe.  Mais il n’y pas que les institutions.  Le soutien politique de l’idée européenne est certes aussi important. Il décide si ce projet pourra être réalisé dans les délais nécessaires. L’opinion publique devra être préparée à jouer le rôle démocratique qui est le sien.

Le projet d’avenir pour l’Europe débute par la formulation de la finalité de cette Europe.   Etant sous-entendu que cet objectif peut évoluer avec le temps.  Après, les objectifs à court et à long terme doivent être pris en charge. L’élaboration des politiques spécifiques ne vient qu’à la fin du parcours.

Tout projet d’avenir doit être ambitieux sinon il manquera le rendez-vous avec l’histoire. Ambition n’est pas l’équivalent d’utopie ou d’un manque de réalisme. Par l’ambition, les protagonistes veulent réaliser ce qui est nécessaire. 

Faisons l’essai d’une formulation d’objectifs sommaires pour l’Europe. Le risque d’être incomplet ou mal compris est omniprésent. Même sous forme de projet, il indique l’orientation générale de la réforme à accomplir. Donner l’exemple peut inspirer d’autres personnes à en faire autant. La démocratie permet à chacun de propager ses idées.   Saisissons cette liberté à deux mains.

L’Union des Fédéralistes Européens-Belgique juge la formule suivante intéressante : ‘L’Union politique européenne repose sur des valeurs démocratiques, une souveraineté partagée, la séparation des pouvoirs, la compétence d’agir au nom du bien commun européen, une autonomie stratégique et une citoyenneté solidaire. L’Union politique européenne protège de la sorte son indépendance, sa prospérité, son bien-être et son mode de vie.  L’Union politique européenne avancera pas à pas et de façon prévisible’.  

En bref, une Europe postnationale et fédérale.

Cette définition sommaire et probablement incomplète est de loin plus ambitieuse que  celle de l’intergouvernementalisme appliqué en ce moment. Il y a l’élément démocratique et de légitimation, la participation accrue du citoyen, une structure institutionnelle cohérente et capable d’agir de façon autonome. Chaque aspect contribue à faire face aux défis de l’Union européenne.

Personne ne peut se soustraire à sa responsabilité vis-à-vis de son avenir. Cet avenir implique la définition de l’ensemble des caractéristiques sociétales et politiques, savoir par quels moyens institutionnels ce projet pourra se concrétiser et se rendre compte que la transition vers le but final s’accompagnera d’un effort considérable de la part de ses protagonistes.

La vie ne peut être l’expression d’un consumérisme à outrance ou de gaspillage ou d’un vide mental. La pérennité de la société européenne demande davantage à ceux qui sont capables de formuler des projets d’avenir de l’Europe. Les faire dialoguer en public l’est autant.

Le bien commun européen devient de plus en plus évident. Une prise de conscience s’impose à ce sujet. Les projets d’avenir pour l’Europe doivent se multiplier et se concurrencer afin de gagner la préférence du citoyen européen. Un débat public sur les lignes directrices de cette Europe doit avoir lieu.

Au cas où les forces démocratiques et nos leaders politiques négligeraient l’idée européenne, les extrémistes en feront un projet autoritaire à l’opposé d’un projet humaniste, équitable et bénéfique pour tous.

Espoir et confiance dans un projet ambitieux et partagé est le meilleur signal positif que les citoyens européens puissent recevoir.

Robert Verschooten, Christian Gossiaux, Eric Verhoestraete

Défense et souveraineté de l’Union : les leçons de l’Afghanistan

Une opinion de Jean Marsia et Domenico Rossetti di Valdalbero,Union des Fédéralistes Européens. Opinion cosignée par Nezka Figelj, Michele Ciavarini Azzi, François Mennerat, Giorgio Clarotti et Robert Verschooten, Union des Fédéralistes Européens.

Les États membres de l’Union avaient envoyé près de 100 000 hommes en Afghanistan et ce pays était le premier récipiendaire de l’aide au développement européenne.

Lire la suite sur La Libre.

Carte blanche: Faut-il bâtir une souveraineté numérique nationale et européenne?

Par Francisco Vigalondo, Marcel Vanden Clooster, Domenico Rossetti di Valdalbero, Nezka FigeljUnion des Fédéralistes européens.

L’établissement d’une Fédération européenne avec une politique numérique commune supranationale permettrait de sauvegarder l’unité du marché européen et de prendre en considération le souci des citoyens attachés au respect de la vie privée et à la diversité culturelle.

Lire la suite sur Le Soir.

Quel fédéralisme pour les États-Unis d’Europe ?

Nous n’avons d’autre choix valable que le fédéralisme. Nos deux institutions fédérales, la Cour de justice de l’UE et la Banque centrale européenne le montrent, en remplissant leur mission. Par contre, la méthode intergouvernementale de l’UE a trop souvent montré ses limites, ses lenteurs et son inefficacité.

Une carte blanche de Jean Marsia et Domenico Rossetti di Valdalbero, pour l’Union des Fédéralistes Européens. Cet article a été aussi co-signé par Nezka Figelj, Robert Verschooten et Paul Frix.

Lire la suite sur La Libre